dimanche, avril 14 2024
United and Continental

Vous avez suivi les rapprochements entre compagnies aériennes récemment ?
Ça discute, ça flirte, ça fait des alliances, et un beau jour, ça annonce une fusion.
Établissons un rapide historique et un état des lieux du ciel mondial depuis les premières alliances jusqu’aux rachats récents les plus gros.

Le jeu des alliances a commencé en 1997 avec l’apparition de Star Alliance. Le but de cette toute première alliance de 5 compagnies aériennes est de construire un réseau permettant de quadriller le globe par mise en commun de codes. (principe qui permet à une compagnie de vendre sous le même numéro de vol, le code-sharing, des sièges sur les avions d’une compagnie alliée). Viendront ensuite OneWorld, puis SkyTeam en 2000.

Les derniers gros rapprochements dans le ciel mondial

Delta – Northwest

Delta at Salt Lake City (crédit P. Dubost)

Delta et Northwest ont amorcé leur fusion en 2008. Enfin là c’est pas une fusion, c’est clairement un rachat de Northwest par Delta.
Le rachat s’est complété début Janvier 2010 avec l’unification des systèmes informatiques de réservation des 2 compagnies.
Ici pas vraiment de compromis, Northwest a entièrement disparu. La marque Delta prime.
Aujourd’hui, Delta c’est 375 destinations sur 88 pays.
En plus de ça, Delta reste le partenaire clé d’Air France aux Etats-Unis. Bookez un Paris-Cincinnati avec Air France, vous avez une chance sur deux de voyager dans un appareil Delta.

United – Continental

Après des rumeurs en Avril dernier sur un possible rapprochement entre United et US Airways, c’est finalement avec Continental que United va passer sous la couette.
La fusion United – Continental représente un deal de 3 milliards de dollars, pour créer tout bonnement la plus grosse compagnie aérienne du monde (370 destinations sur la planète).
Niveau branding ? La compagnie ainsi formée s’appellera United et aura le logo de Continental. Pas de jaloux.

United and Continental

Retrouvez le site dédié de la fusion United – Continental.

British Airways – Iberia

En Avril, la compagnie britannique BA et sa partenaire espagnole Ibéria ont dévoilé leur projet de fusion, dans l’optique de créer un géant européen de l’aviation commerciale. Les 2 ont signé leur accord définitif de fusion, mais il reste encore des étapes, dont l’approbation par les autorités de la concurrence.

British Airways at Heathrow Airport (crédit: P. Dubost)

La Commission Européenne a indiqué qu’elle se donnait jusqu’au 15 Juillet pour trancher.
Le 2e volet du deal pour BA comprend un partenariat avec American Airlines. Pour ce dernier, c’est le US Department of Transportation (DOT) qui devra donner son feu vert.
Dans l’histoire, il y en a quand même une qui boude, c’est Virgin Atlantic, la compagnie de Richard Branson.
En effet, Virgin et BA sont de grandes rivales depuis l’arrivée de Virgin à Heathrow en 1991. A l’époque, British Airways était la seule compagnie à relier le Royaume-Uni avec les Etats-Unis, les Caraïbes et l’Extrème Orient.
Et puisqu’on parle de Virgin, sache que Branson a récemment déclaré lors de l’inauguration de la nouvelle escape au Ghana que Virgin Atlantic ne pourrait sans doute pas rester indépendante (comprendre « toute seule ») bien longtemps. La compagnie devra probablement se tourner vers un rapprochement à son tour pour faire le poids face aux géants qui sont en train de se former.

Moins récemment

Air France – KLM

Evidemment, vous aviez pensé à l’alliance entre Air France – et le hollandais KLM.
Là c’est pas récent, ça remonte à 2004.
Ca a fait du groupe la 1ère compagnies européenne.
Ici, niveau organisation, c’est encore autre chose. Les 2 compagnies Air France et KLM sont restées toutes 2 bien visibles, et ont été placées à l’intérieur d’un même groupe appelé Air France-KLM. Ce groupe possède d’ailleurs 25% d’Alitalia si vous voulez savoir.

Lufthansa – BMI

Plus petite fusion, moins médiatisée, c’est le rachat de l’anglais BMI par l’allemand Lufthansa.
Un deal d’environ 300 millions de livres.

Et puis y a des fois ou ça marche pas.

Ryanair – Aer Lingus

En 2008, la lowcost irlanaise Ryanair a tenté de racheté sa compatriote Aer Lingus. Cette dernière allait pas très fort
Ryanair avait mis 1 millions de livres sur la table.

Ryanair at Paris Beauvais (crédit P. Dubost)

C’est la Commission Européenne qui a fait capoter le projet, au motif qu’un rapprochement des 2 compagnies établirait un monopole de Ryanair sur l’Irlande, entrainant une hausse probable des prix.

Un point important qui limitait l’intérêt du rapprochement était les flottes des 2 compagnies. Aer Lingus ne possédait que des Airbus, alors que Ryanair n’a que des Boeing. Du coup, pas d’économies sur la maintenance, les trainings ou les futurs achats.

Il n’y a pas vraiment de secret, la clé de ces regroupements, c’est les économies.
Deux compagnies aériennes qui s’unissent, ça veut dire qu’on élimine des plateformes informatiques en double, on consolide la programmation des pilotes, on gère mieux son inventaire de sièges, et on balance mieux les appareils et équipages entre les vols.

Comme l’indique le Figaro, ces mouvements de concentration s’expliquent par les turbulences que traverse le secteur aérien à l’échelle mondiale.
L’année 2009 a même été considérée par l’association internationale du transport aérien (IATA) comme « la pire année qu’a jamais connue l’industrie ».

Cet article, même s’il donne une bonne vue de l’industrie, n’est probablement pas complet. Quid de l’Asie? (Les 10 compagnies aériennes les mieux notées au monde sont asiatiques). N’hésitez pas à fournir des infos si vous souhaitez compléter l’article.
Qui seront les prochains à publier leurs bans? Vos pronostics?

Chicago from the sky
Previous

Récit des enchères de l'aéroport de Paris, 1 an après.

Next

Bonne Année 2011 !

About Author

Philippe

Rédac-chef, coureur, geek, entrepreneur, aurait inventé la maxime "Voyager plus pour goûter plus !"

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also