mercredi, février 21 2024

Bonjour bonjour les gens 8h en retard.

Alors des fois que certains aient un doute, ben non jsuis pas allé au marché des pêcheurs vendredi matin. Attends, il était 3h20, le marché ouvrait à 5h, et j’avais mon train à 7h30. Donc j’ai pris l’option « cycle de sommeil entier » (dormi 2h30 au final). Et j’ai bien fait, vu ce qui se tramait à Kyoto.

Road to Kyoto!

Vue depuis le Shinkansen, entre Tokyo et Kyoto

Donc tant bien que mal, j’arrive à la gare Shinkansen (TGV) et attrape mon train à quelques minutes près. Fallait pas déconner avec le timing là. Je sais pas si j’ai un syndicat de cheminots qui lit mes aventures, mais le Shinkansen et le TGV c’est un peu paté et foie gras. Le retard du Shinkansen est scrupuleusement mesuré, et est de l’ordre de quelques secondes! Et puis le contrôleur quand il rentre dans le wagon, c’est tout un rituel aussi. Il se met devant, fait une courbette à gauche, une courbette à droite, puis passe pour demander aux gens s’il peut les contrôler. Si par hasard il repasse pendant le voyage, ben il te re-contrôle pas parce qu’il a bien noté quels sièges allaient jusqu’ou. Ah et accessoirement ce train va à 500 Km/h. Donc voila, tout ça pour dire que je l’ai eu et qu’on est en route pour Kyoto.

2h30 et un roupillon plus tard, j’arrive à Kyoto.

La Tour de Kyoto par une splendide journée de Janvier

Ben pas grand chose à dire. Kyoto c’est un peu Tokyo en moins givré.
Je ne traine pas, j’ai RDV avec ma pote Miki à 11h dans le centre, donc j’attrape vite fait le bus.
Wait, Miki on en a parlé déjà? (note pour plus tard: penser à faire des fiches-personnages pour le blog) Alors c’est assez sympa comme hasard. Miki c’est une pote de quand je vivais à San Diego il y a 2 ans. Elle est japonaise et vient d’Osaka. Et heureux hasard, j’ai appris qques jours avant mon départ que elle aussi rentrait au Japon pendant ces dates-là. Et Osaka c’est à 50 min de train de Kyoto, donc on avait prévu de se voir. Enfin, elle elle avait prévu, moi j’allais découvrir ce qu’elle avait prévu.

J’arrive au point de RDV, elle elle là, chouette. (Oui c’est plutôt chouette vu que son portable américain ne marche pas ici, du coup si on se loupait, c’était cuit).
A 5 minutes de marche, on rejoint la rue principale du Kyoto ancien.

Miki (qui parle anglais, si tu avais un doute) me dit qu’on va au « kimono place ». Je la suis. Après avoir pris quelques petites ruelles, on y arrive (rajouté après: cette « boutique » de location de kimonos s’appelle OKAMOTO Kimono Rental). Et là je comprends vite. Enfin je pense comprendre vite. Là on est dans un grand dressing, et on l’invite à choisir son kimono.

Du kimono au kilo

Impressionnant. On voit pas trop, du coup jt’en remets une chipée de plus: à côté y avait déja des taïwanaises qui étaient déja habillées, du coup je voyais le résultat:

Taïwanaises en geisha

Je vais te la faire courte, l’une des dames (business familial) qui travaille là m’emmène à l’étage (c’est une maison transformée en fait), pour me faire choisir mon kimono à moi.

La collection Kimono Automne-Hiver 2010

Bref, je te la fais courte, 15 minutes de saucissonage et 5 couches plus tard  j’étais prêt. Du coup j’attendais que Miki soit coiffée.

Alors j'ai attrapé Geisha Magazine pour patienter.

Hop on sort prendre des photos, voilà le résultat:

Puis en studio:

Under my umbrella, ella ella, eh eh eh eh

Alors la suite c’était tout simplement de se ballader à Kyoto toute la journée habillés ainsi. C’était énorme, tous les japonais nous regardaient, et les touristes nous prenaient en photo. Oui, je me sentais assez privilégié quand on croisait des ricains ou des français en sac à dos 🙂

Donc on se ballade, on voit pas mal de temples, c’est assez génial. Y a du temple partout à Kyoto.
On a faim, on va dans un resto de tofu. Le tofu c’est la spécialité de Kyoto. On prend un maxi menu « geisha affamés », du coup ça tient à peine sur la table.

Là tu te taches, t'as l'air con de suite.

C’est un vrai régal, on finit à peine. Je vais pas tout décrire (mais j’ai des photos de TOUT ce que j’ai avalé depuis le début, je m’en occuperai plus tard)

Brochette de tofu grillé avec sa sauce au miel

Puis on sort et on continue la ballade dans le vieux Kyoto. Je me rends compte que j’ai pas mis de photos de temple encore. En voici 2 pour la route.

Vue de Kyoto depuis la colline du vieux Kyoto

De là, on a continué la ballade toute l’aprem. On a pris un verre dans un ryokan sur la colline.

C’était vraiment ouf de se ballader comme ça. Et on avait même pas froid tellement qu’on était saucissonné.
Vers 19h on va rendre les kimonos, et direction le centre de Kyoto.
C’est très actif, très sympa.

Centre de Kyoto. Non cherche-pas, y a pas de temples

Quand on sort des grandes artères, on arrive dans une successions de petites rues, entre des batiments à un étage uniquement. J’aime beaucoup l’ambiance. Ca fait un peu cliché, traditionnel,

Ruelles de Kyoto

On aterrit dans un bar pas du tout traditionnel mais très sympa, avec vue sur la rivière de Kyoto (dont j’ai oublié le nom. Tu es grand, tu vas sur Google.).

Le lendemain (Samedi donc), on se retrouve et on poursuit la visite de Kyoto. Sans le vouloir, on tombe sur une succession de temples. Là Miki voit une sorte de grande urne, et s’y dirige.

La poubelle à amulettes

Elle m’explique ce que c’est. Ici beaucoup de gens ont des amulettes (on voit un peu sur la photo en bas à droite) pour le bonheur, la santé, la réussite à l’école, contre les accidents de la circulation, une arète dans ton sushi, etc etc.
Ben quand tu n’as plus besoin de ton amulette, ou si ça fait longtemps que tu l’as (genre 1 an), tu viens la déposer ici. Les religieux du temple les brûlent ensuite selon un rite.
Moi j’en profite pour aller accrocher des voeux dans un arbre.

Oui je suis moins sexy que Scarlett dans le film, mais j'étais pas maquillée moi.

Puis on a faim, alors on se trouve un petit resto dans le coin. Oui dans le coin. On dirait pas, mais tous ces temples sont en ville. On fait 2 blocs et on tombe dans un resto traditionnel à buffet.

Buffet à Kyoto

On s’est encore régalé. On a bien du y rester 1 heure. C’est vraiment sympa, on vient te resservir du thé vert, etc etc.
Par contre au moment de payer ça s’est corsé.
-T’as de la monnaie?
-Non. Et toi?
-Non.
-Ah. Vous prenez la carte?
-Non, je suis absolument désolé …
-Bon…ben on va retirer de l’argent. On vous laisse un sac ou une carte d’identité?
-Non non non, aucun problème, allez y allez y
(et tu rajoutes les courbettes).

D’ici on a quand même passé 1h à chercher un distributeur qui accepte les cartes étrangères. (d’ou ma nouvelle page tips de voyage qui sera mise à jour au fur et à mesure.) On trouve on retourne payer.

Puis fin de journée dans Kyoto, un peu de shopping, et le jour se couche.

Coucher de soleil à Kyoto

Sur ce je décide d’aller directement à Kobe pour la suite de mon voyage. Miki, elle, rentre à Osaka. On prend le même train. Je vous écris depuis Kobe là, je dois quitter l’hotel je suis un peu à la bourre. Prochain article d’ici 1 ou 2 jours. Vue ma soirée d’hier soir à Kobe, l’article va être marrant. 🙂

Comme c’est maintenant une tradition ici, je vous laisse avec le dessert:

Le Chien Ninja! Il ère dans les rues de Kyoto pour protéger le tofu, la veuve et l'orphelin.

Bises!

Previous

Tokyo Jour 3: C'était mal parti pourtant

Next

24h à Kobe: au bord de mer, au pied des montagnes

About Author

Philippe

Rédac-chef, coureur, geek, entrepreneur, aurait inventé la maxime "Voyager plus pour goûter plus !"

1 comment

  1. C’est dommage de ne pas être resté plus longtemps dans une ville aussi belle que Kyoto ! La location des kimono est très sympa, mais je vous aurais conseillé un petit tour à Gion, autant pour manger que pour la visite du quartier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also