mardi, juillet 16 2024

Allez hop, c’est la reprise sur Avocado.

A l’occasion de mon gros week-end en Slovénie, nouvel article. Il était temps.

A quelle occasion ai-je été en Slovénie? Un enterrement de vie de garçon (pas le mien!). Alors forcément, ben tu liras ici une version drastiquement édulcorée du séjour. Bah ouais, c’est comme ça. what happens in Slovenia stays in Slovenia dit le dicton (et le futur marié).
Mais y a quand même de chouettes trucs à partager sur la Slovénie.

Alors on est parti depuis Roissy CDG jeudi soir, terminal 2G. Le terminal 2G si tu connais pas, il est long comme un quai de métro, et pour y arriver faut obligatoirement prendre une navette. Bref, si t’as le malheur de partir de là, sois pas en retard. (au passage, vol Air France: 200 euros A/R. Moins cher avec Easyjet ou Adria Airways)

C’est parti.

Après moultes péripéties EVGesque + le brin de suspense ajouté par la grève des contrôleurs aériens (et une nouille de vendeuse Duty Free qui vend la mèche de la destination au futur marié), nous embarquons direction LJU.

Canadair Jet 900 par Régional. L’A380 ou presque.

Après 2 petites heures de vol, nous arrivons à Ljubljana, la capitale slovène. (prononcer « Lou-Bla-Na »).

La capitale (pas folichone parait-il) n’est pas notre destination finale. Du coup nous repartons illico en camionette vers Kransjka Gora, la station de ski principale du (petit) pays.

C’est ou Kransjka Gora? Et la Slovénie d’ailleurs, c’est ou au fait?

Emplacement de Kransjka Gora

C’est simple, c’est pile au croisement de la Slovénie, de l’Italie, et de l’Autriche.

On arrive au chalet, il neige à gros flocons. Un bonheur.

Des flocons gros comme des sushis.

Voilà pour ce premier jour.

Jour 2.

Bon, il fait pas très beau, mais au moins on manque pas de neige.

Les pistes de Kransjka Gora. Chouette mais c’est pas Vancouver non plus.

Les remontées mécaniques sont très très modernes.

Tous les télésièges sont à 4 places au moins, soit débrayables, soit avec un tapis roulant au départ.
Concernant le contrôle des forfaits, toutes les remontées sont équipées d’un portique à tourniquet un peu comme dans un métro. Pour passer, soit tu met ton forfait jour (équipé d’un code-barre) dans le lecteur du portique, soit tu as un forfait magnétique et il activera le portique si tu l’approches à 10-15 cm. Comme un pass Navigo, mais qui marche de plus loin. Du coup tu gardes ton forfait dans la poche de ton blouson et ça l’active tout seul.

Portiques à Kransjka Gora. Comment ça il fait soleil maintenant? Jt’expliquerai.

On fait 2-3 pistes, puis on abandone face au mauvais temps.
On se réfugie au bar en bas des pistes, puis on rentre. Ils ont annoncé du beau temps pour Samedi.

Jour 3

(là tu te dis « mais merde, elle est passée ou toute la partie sur la soirée du vendredi?? »)

On se réveille avec un grand soleil, c’est bonheur.

Du coup la station est ‘hachement plus animée.

C’est frileux un slovène. Ca sort que quand il fait beau.

Belles belles pistes, on se marre bien.

Du coup on voit aussi mieux la station. Allez une photo parce que ça vaut le coup.

Après une belle grosse journée, on se rend au bar en bas de pistes. Et là c’est plein. En fait le slovène il vient au ski pour picoler au bar de la station. A 2,5 euros la pinte, il aurait tort de s’en priver remarque.

Le Cockta Bar et ses mixes de Lady Gaga en boucle.

Alors c’est le bon moment pour te parler d’un truc. C’est la musique. En Slovénie, ou qu’on soit allé, la musique est omniprésente. Là par exemple, en bas de la station, c’était dance dance dance. Là c’était les mix de Lady Gaga, et autres hits d’eurodance slovène. Après une ou 2 Union Pivo ça passait bien.

Au supermarché, même combat. Dance dance dance.

Oui c’est bien ça, une photo sans intérêt d’un supermarché slovène.

On fait donc les courses, et on rentre à la maison.
C’est bête, j’avais retenu le nom de ces espèces de batonnets de viande typiques de là bas. C’était délicieux. Ca et les saucissons c’était vraiment les spécialités. Ca et le Borovnicevec aussi. C’est une sorte de liqueur avec des fruits rouges qui macèrent dedans.

Enfin voilà.
Et se termine la journée.

Coucher de soleil à Kransjka Gora.

C’était notre dernière journée là-bas.

Comme tu l’imagines lecteur, nous sommes donc Samedi soir, nous allons donc promptement tous dormir, après une verveine et une soupe.

Bye bye Slovénie.

Et voilà, on quitte donc la station de ski, et nous renvoici à Ljubljana, à l’aéroport.

L’aéroport de Ljubljana

L’aéroport de Ljubljana est grand comme la moitié du terminal 2G de Roissy (donc si t’as suivi, tu comprends que c’est pas grand). Mais détail agréable quand t’as 2h à attendre, l’aéroport offre le wifi gratuit dans tout le terminal. Un wifi ouvert, rapide, accessible de partout. Assez top.

Du coup on a même pu aller faire un tour sur Chatroulette. Mais c’est une autre histoire…

Voilà pour ce chouette trip.

Au final, assez dépaysant. Pour ce qui est des côtés pratiques:

  • Langue: le slovène (ouais, des fois que t’aies un doute). Tout le monde parle très bien anglais.
  • Monnaie: l’euro
  • Prises de courant/voltage: idem France.

Voilou.

Comme c’est la tradition, tu sais que chaque article se finit avec une photo bonus. Perdu, tu trouveras pas de photo scandaleuse ici.

Non, l’image bonus c’est ce texto reçu quelques minutes avant le début de l’embarquement.

Ouh le cadeau de fin de voyage.

Notre réflexe a été de courir au guichet Air France. Et on a eu raison. Les premiers qui se sont manifesté ont pu être placés sur un autre vol direct. Les suivants ont du faire des correspondances pénibles.
Air France a fait du bon boulot; le vol a été annulé à cause de la tempête sur Paris, ils ont réussi à nous placer rapidement sur un autre vol.

Donc moralité: toujours une bonne idée de garder son téléphone sur soi avant un vol. Et en cas de pépin, non tout le monde n’a pas les mêmes chances, premier arrivé, premier servi.

Voilou! A+ pour de bon!
Tu peux retourner devant ta télé.

PS: Je suis bien conscient que c’est probablement pas l’article le plus intéressant de ce blog, mais c’est au moins un moyen de partager quelques photos et raconter 2-3 trucs sur le pays.

PS2: Comme d’habitude, n’hésite pas à poster des commentaires, positifs ou négatifs ça fait toujours plaisir et ça fait avancer le schmilblik.

Previous

Juanchito, restaurant colombien à Paris

Next

Les meilleures applications iPhone pour voyager efficace

About Author

Philippe

Rédac-chef, coureur, geek, entrepreneur, aurait inventé la maxime "Voyager plus pour goûter plus !"

1 comment

  1. tu as oublie de dire que l’on pouvait trouver des boites contenant uniquement des capsules (types capsules de bieres) pour jouer a CAPS. Assez impressionnant. C’est dire le debit d’alcool du pays…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Check Also